Neo, la Larme Aveugle

Aller en bas

Neo, la Larme Aveugle

Message  Neo le Sam 13 Mar - 17:19

~| Informations |~

Nom : Hyllia ou Mikasuki
Prénom : Neo
Surnom : La Larme Aveugle
Race : Humaine
Age : 12 ans
Sexe : Féminin
Arme : Double-lame
Elément : Xeno contrôllait la Volontée
Groupe : Lumière
Caractéristiques :
Force : 5
Endurance : 13
Agilité : 20
Sagesse : 12

~| Description |~

Description Physique :
Neo était une jeune fille de douze ans quand Morgan l’a rencontrée. Elle mesurait alors approximativement un mètre 50, et pesait environs trente kilogrammes. (Les appareils de mesure étaient détruits par les sans-cœurs.) Elle n’était alors qu’une fillette chétive et maladroite. Elle ne sautait pas très haut, ne pouvait porter de lourdes charges, ni courir très vite. Seule son endurance était un peu supérieure à la moyenne, dû à sa vie de solitude seule dans la forêt. Elle était loin d’être grosse, vu qu’elle devait cueillir des fruits pour survivre…

Neo portait une tenue de fortune composée de chaussures blanches, d’un pantalon bleu et d’une veste, tout étant récupéré dans les armoires et coffres du village. Elle portait au bras un bracelet sur lequel est gravé son nom : Neo Hyllia. La seule chose dont elle se souvenait à propos de ce bracelet, c’était qu’elle l’avait reçu de son père. Elle possédait également un diadème blanc, contrastants avec ses cheveux noir-ébènes. Elle avait également des boucles d’oreille perlées. Une ceinture dorée maintenait son pantalon pendant les courses effrénées où elle courait pour survivre.

Parlons maintenant de son visage. Neo avait un visage très fin, bien qu’il fût le plus souvent marqué par la tristesse. Ses yeux bleus, trop souvent couverts de larmes, possédaient la propriété de percer l’âme des gens. Ses lèvres portaient des marques, dues à un mordillage intensif à force d’anxiété. Il n’y avait pas grand chose à dire sur son nez : Il était plutôt fin et discret, bien que fort joli, ne contrastant que peu avec le reste de son joli minois. Ses cheveux, doux et soyeux, n’étaient que très peu peignés, étant donné que la jeune fille n’avait pour seul objectif de survivre, tout simplement. En effet, à quoi bon se peigner si l’on n'a vu personne depuis les six dernières années de sa vie ?

Xeno, elle, était un peu plus grande de l’humaine dont elle était issue. Sa force n’avait guère augmenté, bien que son entrée dans l’Ordre de Gromnax puisse suggérer le contraire. Elle était en revanche moins légère que la petite fille des Vallées Perdues, cette dernière mourrant de faim. Sa transformation en simili lui a également permis de gagner une dizaine de centimètres, atteignant le mètre soixante. Ses mains, un peu plus rugueuses qu’avant à cause de l’utilisation de son arme, gardaient cependant une certaine douceur qui leur était propre.

Son costume n’était que peu commun. Elle portait la robe des membres de l’organisation XIII, à la différence que la sienne était cousue de blanc. La capuche, elle, n’était que rarement posée sur la tête de la jeune simili. La fermeture éclair était fermée de haut en bas, ne laissant qu’à ses adversaires les plus perspicaces le plaisir de contempler ses bottes d’un blanc inégalé. Les manches de l’ensemble étaient légèrement trop grandes pour la jeune Xeno, qui les retroussait au niveau de ses poings. Petite particularité, elle ne portait pas les gants, jugeant que ceux-ci la gênait dans le maniement de sa double-lame.

Son visage était un peu plus fin que celui de Neo Hyllia. Elle peignait maintenant ses cheveux, les arrangeant en formant une petite chevelure rousse bien sympathique, retombant joliment sur ses petites épaules. Les traits de son visage, quant à eux, ressemblaient forts à ceux de Neo Hyllia, étant tout aussi beaux. Ses lèvres magnifiques, bien que discrètes, s’arrangeaient avec son petit minois pour former un équilibre parfait. Ses yeux, devenus verts suite à la mort de Neo, étaient capables de percer l’âme d’une personne, afin de découvrir le véritable état d’esprit de celle-ci.

Une fois qu’elle avait retrouvé son cœur, Neo Misatsuki avait changé du tout au tout. La petite fille chétive avait laissé place à une jeune fille capable de se défendre par elle-même, maniant parfaitement la double-lame. Se nourrissant désormais à sa faim, la Larme Aveugle pèse désormais quarante kilogrammes. Ce n’est certes pas énorme, mais c’est plus acceptable que les trente misérables kilogrammes qu’elle gardait avec difficulté. Elle n’a cependant pas gagné en force, ni en vitesse de course. Elle ne compte que sur son ouïe pour survivre, et se battre.

Sa tenue vestimentaire a beaucoup changé, passant de quelques vêtements misérables à une longue tenue sombre. Son manteau noir, lui arrivant un peu au-dessus des genoux, est maintenu attaché par cinq boutons d’or. La capuche de ce même manteau est le plus souvent posé sur sa tête, masquant ainsi le visage de la jeune aveugle au reste du monde. Un pantalon large couvre les jambes chétives de la jeune fille, alors que des chaussures de marche noires cachent des chaussettes blanches comme la neige. Elle ne porte pas de gants, non seulement parce que cela la gêne pour le combat, mais aussi parce que, étant aveugle, elle se sert de ses mains et de son fidèle sens du toucher pour connaître et reconnaître les gens.

Enfin, l’élément le plus important du portrait de la Larme Aveugle, son visage actuel. Celui-ci est cadré par ses cheveux bruns, peignés en une soyeuse chevelure, passant cette fois derrière son dos, et retombant à hauteur de ses épaules. Son nez gracieux n’est pas très voyant, laissant plus de place à deux lèvres roses exprimant toute la tristesse du monde. Ses oreilles maintiennent d’éventuelles mèches rebelles. Ses joues rosées sont libres de cicatrices, bien qu’elles soient couvertes de tâches de rousseur. Ses dents, elles, éblouiraient quiconque les verrait par leur blancheur sans égal.

Ses yeux. Ses yeux bleus, qui, autrefois, étaient le symbole de la pureté, sont aujourd’hui réduits à de simples organes atrophiés. Le bleu-océan d’antan est réduit à un cyan transparent, sans émotions, masqué par deux verres noirs comme les ténèbres elles-même. Ses cils doux et soyeux sont eux aussi cachés par ces lunettes, symboles pour Neo d’une amère défaite. Sa pupille est constamment dilatée, cherchant une lumière qu’elle ne connaîtra plus jamais. Ses paupières, elles, qui auraient pu sauver ce regard enfantin, sont en permanence refermées sur ce qui servaient d’yeux à la jeune fille. De sa vue, magnifique vaisseau sur l’océan des couleurs, ne reste plus qu’une épave échouée au fin fond de l’eau. Jamais plus Neo ne connaîtra la joie des couleurs, la magnificence des contrastes, le bonheur des dégradés. Tout cela est désormais terminé.

Caractère/Description Morale :
Neo Hyllia vivait « seule au monde » depuis exactement six ans lorsque Elyon et Yrredry l’ont rencontrée. Par conséquent, elle n’avait guère l’habitude de s’ouvrir et de parler aux autres. Elle préférait rester en retrait, se contentant d’achever les Errants qui les attaquaient, elle et ses deux alliés. Neo, en revanche, une fois mise à l’aise, s’entendait très bien avec les deux seules personnes qu’elle connaissait. Elle leur posait des questions sur les personnes qu’ils connaissaient, les rapports qu’ils entretenaient… Elle était très curieuse de la vie qui l’entourait, et n’hésitait pas à explorer la forêt qui entourait les ruines de son village.

Neo était aussi quelques peu naïve, n’apercevant pas les innombrables dangers qui l’entouraient. Elle ne craignait pas les sans-cœurs, les errants ou les animaux sauvages qui peuplaient le bosquet, s’aventurant quelques fois totalement désarmée dans ce lieu inhospitalier. La Larme Aveugle n’appréciait d’ailleurs guère les armes, ne se défendant qu’aveux deux petites épées d’entraînement récupérées dans le village en ruines. Les Vallées Perdues avaient beau être dangereuses, Neo ne craignait pas de se faire attaquer… A dire vrai, elle préférait se battre que de parler à des inconnus… La dernière phrase qu’elle prononcera démontre bien sa naïveté, ainsi que sa confiance en ses amis… :
*
« Je… Je vais mourir…
- Mais non, mais non… »
Elyon et Morgan versèrent une larme. Neo était couchée sur le sol glacial et métallique du laboratoire, le ventre percé par une énorme blessure… Elle perdait peu à peu tout son sang… Et pourtant, elle ne pleurait pas. Un vent glacial se fît sentir sur les joues de la jeune fille… Ses forces l’abandonnaient peu à peu. Déjà, elle ne sentait plus ses jambes, sa colonne vertébrale ayant été brisée par la lame de Medy… Sa vue se troublait, son ouïe l’abandonnait, elle ne sentait plus la froideur du sol…
« T’inquiètes… On va te sortir de là… Tu vas t’en sortir…
- Je… te fais confiance. »
*

Xeno, elle, était assez extravertie. La jeune simili parlait tout particulièrement avec un autre sous-fifre de Gromnax, Xerunoï, le Démon D’Antan. En effet, le simili de Neo était omnibulé par son passé, rêvant la plupart du temps de la mort de l’humaine dont elle était issue. Elle ne souhaitait que deux choses ; Eliminer Demyx, le simili de son assassin, et comprendre son passé… La totalité de son passé… La jeune fille souhaitait simplement se connaître elle-même… Est-ce là un crime ?

Une fois en combat, Xeno devenait beaucoup plus confiante. Maîtrisant la Volonté, elle n’avait qu’une infime chance de perdre, généralement, elle réussissait à retourner la personnalité de ses adversaires contre eux. Elle était très fière de ses compétences, et n’hésitait pas à le faire savoir à tous les membres de Zéphyr… Mexentris en avait fait les frais !

Neo Mikasuki, enfin, est une jeune fille très timide. Honteuse de son passé, et très remontée contre ses propres agissements, elle préfère masquer son visage et son identité à ceux qu’elle connaît. Elle ne parle plus ou presque plus, gardant bien enfouis ses propres sentiments. Réparer ses erreurs est son seul objectif. Elle a décidé par ailleurs d’agir dans l’ombre, afin de masquer son handicap honteux.

Elle est également plus prudente, réfléchissant deux fois avant de se jeter dans un combat. La seule exception à cette règle est le fait qu’un de ses deux seuls amis soit en jeu : Elle sort sa double-lame sans y réfléchir, et se jette au milieu des Errants, similis ou cœurs noirs, et combat jusqu’a la mort. D’après elle, il n’est pas normal qu’elle ne mette pas sa vie en jeu pour ses amis, alors que ceux-ci étaient restés à ses cotés jusqu’a sa fin…

Signe(s) Particulier(s) :
- Est aveugle suite au combat contre Gromnax
- En tant qu’aveugle, elle possède une ouïe et un toucher particulièrement développés.
- Est la sœur de Céleste Mikasuki
- Citation : « Ce n’est pas parce que je suis aveugle que je ne peux pas pleurer… » (Neo Mikasuki), « Laisse-moi mourir en paix » (Neo Hyllia), « Non, pas un rêve, des souvenirs… C’est parfois bien pire… » (Xeno)
- Arme : « Double-lame » : Epée à deux lames, chacune disposée d’un coté du manche. Le coté tranchant de la lame du haut est inversée par rapport à celle du bas.
- L’élément de Xeno était la Volonté. Elle pouvait contrôler, dans une certaine mesure, les choix des personnages, à condition que ceux-ci ne soient pas en totale contradiction avec la personnalité de sa victime.

Ses goûts :
(Bon, je vais un peu vite pour les goûts, ne m'en voulez pas... =/)
En tant que petite orpheline, Neo n'a pas de goûts luxueux propres aux enfants issus d'une famille aisée. Elle n'apprécie pas particulièrement les bijoux, les dorures ou les beaux vêtements. Elle leur préfère des jouets enfantins, tels que les poupées de paille. Ah, un dernier détail : Neo hait les sans-coeurs... Mais vous vous en doutiez...

~| Histoire |~

Pour vous raconter l’histoire de la jeune fille aveugle, il nous faut remonter dix ans auparavant. A cette époque, dans la paisible Cité du Crépuscule, deux familles coexistaient dans le bonheur. Dans la première, il n’y n’avait qu’un enfant, un garçon âgé de quatre ans, prénommé Morgan. Dans la famille voisine, deux petites filles de deux et quatre ans jouaient chaque jour. La plus âgée se nommait Céleste, et sa petite sœur se faisait appeler Neo. Céleste, déjà très amie avec leur jeune voisin, ne cessait de jouer dans la rue, même si elle et Morgan n’avaient pas les mêmes préférences ludiques. Alors que Céleste préférait s’entraîner au tir, Morgan combattait des ennemis imaginaires avec un bout de bois. La petite Neo, trop jeune pour rejoindre sa sœur dans la rue, restait dans son berceau, jouant avec des cubes de couleur et des cerceaux. Elle démontrait déjà une certaine intelligence… Un jour, une météorite éclaira le ciel de la cité du Crépuscule. Les habitants prirent peur, et ne surent quoi faire. Les deux familles, inquiètes pour la sécurité de leurs enfants, les firent partir du monde au coucher de soleil éternel, à l’aide un vaisseau gummi de fortune. Céleste fût placée dans la capsule du centre, Morgan dans celle de droite, et la jeune Neo, endormie, dans la capsule de gauche. Le vaisseau partit quand la météorite fît trembler le sol de pierre de la cité, s’élançant dans l’espace.

La capsule, maintenue à basse température afin d’empêcher des enfants de se réveiller, traversa l’espace séparant les mondes à une vitesse folle. Devant les yeux des trois endormis, certaines étoiles brillaient d’une façon éclatante, avant de s’éteindre. Durant sa journée de voyage, le vaisseau faillit à plusieurs reprises s’écraser contre des météorites ou sur un monde. Le voyage se déroulait comme prévu. Or, peu avant d’atterrir, une météorite de petite taille décolla la capsule de gauche des deux autres… Alors que celle de Céleste et de Morgan s’échoua à la Terre des Lions, la troisième poursuivit son voyage un peu plus loin, arrivant dans un monde nommé Vallées Oubliées. Dans ce monde en guerre contre les sans-cœurs, la jeune fille passa trois jours seule… Jusqu'à ce qu’un homme la découvre, perdue dans la fôret. Elle était là, endormie, recroquevillée sur le petit lit miniature qui avait été aménagé. L’homme, plutôt grand, la prit dans ses bras, et l’emmena chez lui. Une petite maisonnette se dressa devant Neo. Une porte en bois, des fenêtres de fortune, une cheminée en pierre. A l’intérieur, une jeune femme faisait la cuisine. Elle regardait l’homme, qui tenait, cachée, la jeune fille dans ses bras. La femme l’observait, le regard sombre :

« Tu n’as encore rien ramené… On va encore devoir manger végétarien, ce soir… Il serait temps que tu… »

Elle se tût lorsque l’homme qui semblait être son époux lui montra la jeune fille aux cheveux noirs… Elle lâcha sa cuiller… La jeune femme, était folle de joie. Elle l’avait compris dans les yeux de son époux, qui était dans le même état d’esprit qu’elle… Ils n’étaient plus qu’un couple, c’était maintenant une véritable famille… Elle se jeta littéralement sur la fillette, remarquant quelque chose.

« Regarde son poignet… »

Il obéit : Sur celui-ci, un petit bracelet d’or et de bronze était attaché. Un bracelet sur lequel était noté « Neo ». L’homme prit la parole, d’une voix étouffée par la joie.

« C’est donc ainsi que tu t’appelles… Neo… »

La femme prit la fillette dans ses bras, qui s’éveilla en douceur. Elle parcourut le regard de ses grands yeux bleus, un peu effrayée. Elle vit des rayons de soleil, un ciel bleu, des nuages blancs. Et deux sourires qui lui étaient destinés, bien qu’elle l’ignorait. Les yeux pétillants des deux personnages, qui lui étaient inconnus, lui apparaissaient telles deux bougies dans une pièce sombre. Elle hésita à bouger, alors que la jeune femme la prit dans ses bras et l’enlaça, lui faisant quelques baisers. L’homme, lui, caressait la tête de Neo, qui ne savait pas vraiment où elle était. Perdue dans un monde aujourd’hui oublié. Ainsi se déroulèrent les six premières années de sa vie, où elle apprit à parler, à marcher. Elle vivait heureuse, dans sa famille adoptive, loin du secret de son arrivée dans ce monde. Jusqu'à ce que les sans-cœur fassent leur apparition, à la huitième année de la petite fille. Neo ne se souvient que d’une chose : Son père lui disant de se cacher, alors qu’il prenait une arme dans un coffre. Et la petite qui ne dit qu’un mot, d’une voix triste et faible :

« Papa… »

Et après, deux semaines dans le noir. Son père adoptif lui avait préparé de quoi boire et manger, au cas où la guerre durerait. Chaque jour, la jeune fille jetait un regard dehors, regardant si les sans-cœur étaient partit. Et chaque jour, elle se dépêchait de se cacher dans l’armoire, apercevant une boule noire ou un invincible en train de se battre avec un habitant du village. Et le seizième jour, rien. Il n’y avait plus de sans-cœurs dans le village. Et il n’y avait plus de villageois non plus. La guerre avait cessé pour une seule raison : Plus de forces dans un camp comme dans l’autre. La jeune fille regardait autour d’elle, les yeux pleins de larmes. Tout était détruit. Les maisons n’étaient que ruines, le sol était souillé de sang et de ténèbres. La petite se mit à fouiller les ruines du village, à la recherche de ses parents. Elle ne trouva rien d’autre que la mort, celle de son village, celle de ses parents. Et elle n’eût plus qu’un but, pour les quatre années qui suivirent : Survivre. Survivre dans un désert humain, ravagé par les ténèbres. Et pendant quatre ans, elle y parvint. Elle se nourrissait de fruits et de plantes, s’était armée de couteaux de table, seule arme restante dans le village, pour se défendre.

Un jour, un silence de mort. Un soleil très faible. Des oiseaux silencieux, une forêt endormie. Une voix faible, faussement joyeuse, résonne maintenant dans le bois, murmurant un chant normalement plein d’entrain et de bonheur. Sur une souche, un petit gâteau de fortune trône, couronné par quelques bougies usagées, à peine allumées. Des fruits sont disposés sur le gâteau. Les cerises forment un « douze » à peine visible, alors que les fraises dessinent un « six » proéminent. Devant ce gâteau de fortune, que Neo regarde fixement d’un oeil triste, siégeait un animal, regardant lui aussi fixement le gâteau, d’une manière plus gourmande que Neo. Elle continuait à chanter…

« Joyeux anniversaire… Joyeux anniversaire… Joyeux anniversaire, Neo… Joyeux an… »

Elle ne pût terminer le dernier mot, alors que d’innombrables perles de chagrin coulaient le long de sa joue. Elle prit sa tête dans ses mains, pleurant de tout son corps. Elle reniflait au lieu de sourire, pleurait au lieu de rire. Elle leva le regard, entendant un bruit malpropre : L’animal était en train de manger le gâteau… Elle prit un bâton qui traînait à coté, frappant dans le vide pour éloigner la bestiole.

« Va-t-en, fît-elle d’une voix au bord des larmes, laisse-moi ! »

L’animal s’enfuit, alors que Neo se rassit, soufflant de désespoir. Chaque anniversaire était pour elle une année de plus seule qui s’achevait, et une autre qui commençait.

Ce même jour arrivèrent deux personnes, un homme et une femme, âgés d’une quinzaine d’années. L’un d’entre eux portait une keyblade, l’autre était armée d’un pistolet. Ils se prénommaient Elyon Ulixis et Morgan. Et, parallèlement, une personne du nom de Spyke, qui lui, possédait un chakram bleuté, était lui aussi venu sur ce monde en ruines. Alors que la guerre avait cessé, cet individu avait invoqué plusieurs sans-cœurs pour reprendre les travaux d’un scientifique, « Ansem », qui aurait sois-disant étudié les sans-cœurs. Il avait installé un laboratoire, glacial et distant, de l’autre coté du monde. La petite fille, méfiante, ne s’en était jamais approchée. Elle y fût cependant forcée lorsque les sans-cœurs s’étaient échappés du laboratoire de Spyke pour attaquer les ruines. A l’intérieur, elle n’y avait vue que des horreurs : Boules noires, invincibles, cadavres qui avaient été utilisés pour la création de sans-cœurs, bocaux expérimentaux… Elle avait peur, très peur. Les monstres qui l’avaient fait vivre comme une animal pendant deux semaines étaient devant elle, et elle ne pouvait rien faire, à part se cacher. Neo s’était enfuie en pleurant. Son pire cauchemar revenait, renaissait secondes après secondes, dans ce laboratoire de mort et d’effroi. Dehors, elle avait vu Elyon et Morgan. Ils regardaient le laboratoire, se préparant à l’attaquer. Dans leurs yeux logeait un sentiment de devoir. Quand ils aperçurent à leur tour la jeune fille, ils s’armèrent. Celle-ci prit peur, se cachant dans un buisson. Ils s’approchèrent. Morgan écarta les branches, s’adressant à la jeune fille :

« Qui es-tu ? »

La jeune fille se releva, doucement, tremblante. Cela faisait maintenant six années qu’elle n’avait pas vu d’autres personnes, et cette rencontre inattendue fût un choc pour l’orpheline. Il y eût un grand silence pesant. Le soleil chauffa la peau de Neo, qui n’osait rien dire. Les deux inconnus s’approchèrent de la jeune fille, de façon un peu plus douce, affin de ne pas l’effrayer. Morgan lui tendit la main, lui reposant la question, d’une manière plus amicale.

« Qui… es-tu ? »

Neo se releva, encore un peu effrayée, dépoussiérant son pantalon. Elle donna son nom aux inconnus, d’une voix extrêmement faible.

Elle leur dit aussi que son monde fût attaqué par les « sans-cœurs », il y a longtemps, et que depuis que le bâtiment glacial de Spyke fût installé, ils étaient réapparus. Morgan et Elyon comprirent qu’il fallait vaincre ce « Spyke » afin de stopper l’hémorragie de sans-cœurs dans ce monde, et partirent en route. Neo, avant de les suivre, prit un couteau qu’elle récupéra dans le village.



Quand ils arrivèrent devant le laboratoire, Neo eût un très mauvais pressentiment. La froideur du métal gris, les fenêtres carrées et la porte glaciale l’effrayaient un peu. Elyon et Morgan entrèrent, et elle leur emboîta le pas, tremblant de façon à peine visible. Elle détestait ce lieu sinistre, où elle avait failli plus d’une fois laisser sa vie. Ils traversèrent la moitié du laboratoire sans encombres, jusqu'à ce qu’un petit imprévu vienne se mettre en travers de leur route. Un homme grand, jeune, avec les cheveux argentés, se tenait devant eux. Il était armé, et fixait le trio d’un air mauvais. Neo se sentait de moins en moins bien… Il prit la parole, d’une voix grave et rocailleuse, s’accordant parfaitement avec son physique brute…



« Mais regardez un peu qui se pointe chez moi… Vous »



Il fût coupé par Neo, qui prit la parole presque instinctivement :



« Ce n’est pas chez vous, ici ! Vous vous êtes installés sur ce monde, et vous vous en êtes servis de lieu de test pour vos sans-cœurs… Vous… Êtes un monstre ! »



L’homme ne répondit pas, sortant simplement son châkram. Le message était clair, il faudrait se battre pour sauver ce monde… Le trio s’arme à son tour, et un combat titanesque s’engagea. Epuisé, le trio s’effondra sur lui-même. Le temps ralentit alors pour Neo. Spyke brandit son arme en avant, et la lança en direction de Neo. Celle-ci la regardait d’un air apocalyptique. Ce cercle parsemé de lames qui s’attelait vers elle… D’un coup, plus rien, plus de peur, plus d’effroi. Juste l’insupportable douleur qui lui traversait le ventre. Elle… Elle tomba à genoux. Neo posa sa main droite sur son ventre, avant de le retirer subitement. Du sang. Spyke rapella son arme à sa main, vivifiant la douleur de la petite. Elle leva un faible regard, plein d’incompréhension. Neo voyait ses deux alliées qui couraient vers elle, au ralentit. Elle n’entendait qu’un son, son prénom. Son prénom d’Elyon et Morgan hurlaient. Puis plus rien. Sa vue se dispersa, elle entendit de moins en moins bien. Elle parvint cependant à prononcer quelques mots, ses derniers.

« Je… Je vais mourir…

- Mais non, mais non… »

Elyon et Morgan versèrent une larme. Neo était couchée sur le sol glacial et métallique du laboratoire. Elle perdait peu à peu tout son sang… Et pourtant, elle ne pleurait pas. Un vent glacial se fît sentir sur les joues de la jeune fille… Ses forces l’abandonnaient peu à peu. Déjà, elle ne sentait plus ses jambes, sa colonne vertébrale ayant été brisée par la lame de Medy… Sa vue se troublait, son ouïe l’abandonnait, elle ne sentait plus la froideur du sol…

« T’inquiètes… On va te sortir de là… Tu vas t’en sortir…

Je… te fais confiance. »



D’un coup, son cœur s’arrêta. La petite étincelle de vie qui résidait dans le corps de la jeune fille s’évapora dans les airs. Neo n’était plus qu’un corps sans vie gisant sur le sol…

Code : Validé par Gromnax !


Dernière édition par Neo le Sam 13 Mar - 18:56, édité 1 fois
avatar
Neo

Messages : 1
Date d'inscription : 13/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Neo, la Larme Aveugle

Message  Rixak le Sam 13 Mar - 18:33

Oh p*****!

T'avait prévenu! 51 lignes et 4X de description! O_O!!!

Fait nous une belle histoire et le reste et t'es validé! Sans même que j'ai à rétorquer quoi que ce soit!
avatar
Rixak
Administrateur
Administrateur

Messages : 85
Date d'inscription : 22/01/2010

Feuille de personnage
HP:
77/77  (77/77)
PS:
27/27  (27/27)
Compétences:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Neo, la Larme Aveugle

Message  Gromnax le Ven 9 Avr - 13:35

Finish, comme vanish.

__________________________________

Tous les sentiments sont un obstacle à l'accomplissement de la destinée des mondes... Tous... Sauf un !
Welcome into Zephyr...
avatar
Gromnax
Administrateur
Administrateur

Messages : 90
Date d'inscription : 27/01/2010
Localisation : Yrnius Castle

Feuille de personnage
HP:
68/68  (68/68)
PS:
20/20  (20/20)
Compétences:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Neo, la Larme Aveugle

Message  Rixak le Ven 9 Avr - 23:01

Dam dadadam dadada da da da dam...

Bon... Très complet et tout...

T'es validey et tout le reste point final.

__________________________________
avatar
Rixak
Administrateur
Administrateur

Messages : 85
Date d'inscription : 22/01/2010

Feuille de personnage
HP:
77/77  (77/77)
PS:
27/27  (27/27)
Compétences:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Neo, la Larme Aveugle

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum